Pages

26.12.14

Christmas in disguise : Le secret du nail art pour survivre aux fêtes que les mamans ne veulent pas que tu connaisses !


Petit article pour une fois, parce que oui, je sais aussi parfois ne pas m’épandre. C'est que je tente de me discerner de l'engrais. Oui, à un moment j'arrêterais d'écrire mes articles tard dans la nuit quand la fatigue dirige déjà mon clavier. Mais trêve de galéjade, je ne m'épandrais pas (comme de l'engrais, donc.).

Comme certaines d'entre vous le savent, il règne autour du mois de décembre une ambiance propice aux guirlandes, au vin chaud, et à l'échange de présents. Peu y échappent dans nos contrées, traqués que nous sommes par ces gens qui s'appellent nos amis, famille, ou même illustres inconnus qui soudainement se sentent l'obligation de nous souhaiter de bonnes fêtes.
Pour ne pas me faire repérer plus que de raison, j'ai dû à mon tour revêtir un costume adéquat. Et pour être certaine de rester tout à fait discrète, je l'ai soigné mon costume, jusqu'au bout des ongles, dont je t'offre aujourd'hui la primeur (si tu oublies toutes ces personnes, les folles, qui elles m'ont vue en volants et en os).



L'important, déjà, pour rester cachée, c'est de divertir l'ennemi. Plutôt qu'un vernis bassement neutre, va donc piocher dans ce que tu as de plus métallisé. Si tu n'en as pas, metal chrome de Layla n'est pas mal. Le but ? Pouvoir te servir de tes ongles comme miroir à projeter devant toi afin de tromper le badaud dans un habile jeu de cache-cache. Afin d'être certaine de ton artifice, n'hésite pas à rajouter sur certains de tes ongles une couche de vernis holographique, ici le défunt holographic de Gosh. Au pire, si tu n'arrives pas à te cacher, tu pourras toujours l'hypnotiser !

Enfin, pour que tes Némésis désignées du jour ne se doutent de rien, il est temps d'enduire d'apprêts tes griffes. Ici, j'ai choisi d'appliquer un stamping à base de flocons de neige pour rester dans le ton, mais tu peux aussi mettre des bouts de bûches stratégiquement placés sur tes doigts, fais selon. Au final, chez moi, ça a donné ça :




Et pour finir, n'oublie pas de te parer d'atours utiles. Ici, une ceinture chat, pour annoncer clairement la couleur de ce perfide et fainéant rusé animal, et beaucoup de volants, pour distraire encore un peu plus tes convives d'infortune s'il le fallait. J'te souhaite de très bonnes fêtes de fin d'année ! :)




Rendez-vous sur Hellocoton !

24.11.14

DIY - C'est noël, c'est cadeau : Comment j'ai transformé mon amoureux en peluche


En cette période d'avant-fête où l'on commence tous à gentiment stresser parce que c'est bien chouette de festoyer et de recevoir des cadeaux mais qu'on n'a pas la moindre idée de ce qu'on va bien pouvoir offrir nous en retour, laisse-moi dévier un peu de la ligne de conduite déjà bien abîmée de ce dit-blog beauté. C'n'est pas pour rien qu'à bientôt 27 ans le permis n'est toujours pas mien, que veux-tu, je ne suis pas capable de suivre une route sérieusement. 

Aujourd'hui, je voudrais donc te proposer un petit do it yourself de cadal personnalisé : la poupée/peluche à l'effigie de qui tu veux. Bon, soyons honnêtes, évite tout de même d'offrir ce type de cadeaux à ta voisine de palier avec qui tu cherches à nouer plus ample connaissance, sous peine de passer pour une grande psychopathe. 
Après, personne réelle ou personnage de fiction, tout est question de choix, tu peux partir sur n'importe quel projet.

La poupée, seule au monde, se demande si sa vie en vaut la peine...

Pour l'occasion, la peluche qui servira ici d'exemple a été faite pour l'anniversaire de mon cher et tendre. Il y aura donc effectivement quelques adaptations à faire, à moins de vouloir offrir à ton entourage des représentations de mon amoureux. 


Tu auras besoin :
- de papier
- de feutrine, dans les couleurs que tu souhaites
- de deux boutons pour les yeux
- de la bourre, type kapok ou rembourrage pour coussins
- de fils de broderies assortis à tes feuilles de feutrine
- des usuels ciseaux, aiguilles, crayons. 
- en option, d'un pistolet à colle



1ère étape 
Faire un croquis sommaire de ton œuvre 

En gros, tu reprends la forme basique d'un corps et si tu es comme moi, tu fais fi des absurdités telles que l'anatomie et tu dessines une tête plus grande que le torse, en tentant tant qu'à faire de copier tout de même la forme basique de la personne choisie. 
Tu y adjoins des éléments de personnalisation, telles que lunettes, pilosité faciale et forme du nez. De toute manière, les poupées ne mangent pas, alors pas la peine de lui faire une bouche. Ton portrait-robot est fait, on peut passer à la seconde étape !


2ème étape
Le tracé du patron


Là, c'est assez simple. Tu reprends le dessin fait précédemment, et en t'aidant des proportions décidées, tu recopies les différents pièces une par une sur le papier : tête, corps ( avec une marge plus longue pour le cou de 2cm), lunettes si tu en as, et vêtements, pour lesquels tu dois également laisser une aisance sur les côtés de quelques millimètres, vu que ton corps une fois rembourré prendra plus de place (je ne pensais pas un jour écrire cette phrase sur le blog, crois-moi).  


Une fois cela fait, tu prends tes feuilles de feutrine correspondantes, et tu épingles chaque pièce de papier dessus. Tu traces les contours, soit à la craie si tu en as, soit à la barbare au feutre comme moi. Ensuite, plus qu'à détacher le papier et à découper, en gardant bien les épingles accrochées pour que tes deux pièces soient identiques ! Vu que tu auras besoin à chaque fois de deux pièces, pour le devant et pour le dos, n'hésite pas à tracer l'un des côtés de chaque pièce sur ta feuille de feutrine repliée, histoire de pouvoir couper en même temps les deux et, surtout, d'avoir un bord commun que tu n'auras ensuite plus à coudre. 


3ème étape
Où ta vie n'est plus qu'assemblage et bourrage, bourrage et assemblage


Là encore, c'est assez méthodique. Tu commences par le corps, en cousant les pièces avant et arrière avec ce point ultra simple que tu utiliseras pour tout l'assemblage. Pour le coup, vu combien c'était bien expliqué et illustré sur le blog de l'astuce à l'oreille, tu comprendras que je ne t'ai pas fait de photos plus détaillées.
Tu bourres de kapok au fur et à mesure, en t'aidant éventuellement d'outils fins comme des stylos pour que les bras et les jambes soient bien remplis, jusqu'à avoir tout refermé. Vient ensuite la tête, dont tu prends d'abord juste la face avant pour coudre tes boutons d'yeux, lunettes, poils de barbes en point de croix, dessin au feutre de nez ou tout autre éléments d'identification que tu auras choisi. Une fois cela fait, tu l'assembles à la face arrière en commençant par le bas, et en la rattachant au corps déjà formé, dont tu viens intercaler le cou (celui-là même que tu avais fait plus long, tu te rappelles ?) entre les deux pièces. Pas de surprise ensuite, tu bourres au fur et à mesure, et tu refermes le tout quand ça te paraît assez rempli. 


4ème étape
Où tu décides qu'avec des vêtements, c'est mieux



À moins de vouloir faire une poupée vaudou, ce que tu peux parfaitement adapter avec une mèche de cheveux à l'intérieur du bourrage et une personnalisation un brin différente, il va falloir coudre quelques vêtements.
Déjà, vu que tu as maintenant un corps en relief, vérifie avec ton patron en papier que les vêtements précédemment dessinés sont assez amples pour se poser dessus. Si oui, parfait, tu peux à nouveau épingler tout ça sur tes feuilles de feutrine et couper le tout ! Encore une fois, tu assembles les éventuelles pièces rapportées, comme ici Godzilla et sa radioactivité, d'abord sur la partie correspondante à plat. 
Pour le pantalon, ou dans le cas d'une jupe par exemple, tu fais simple et tu couds le tout avant de simplement venir l'enfiler sur ta poupée. Quant au haut... soit tu fais ta feignasse comme moi et tu assembles la première moitié avant de passer à la seconde en venant la coudre directement autour de la poupée, soit tu prévois un centimètre de plus dans le dos de ton t-shirt, et tu y accroches deux boutons pressions pour pouvoir ensuite le mettre et l'enlever à ta guise.


5ème étape
Où être chauve, c'est passé de mode

À moins que tu sois partie sur une poupée à l'effigie du professeur Xavier, tu voudras peut-être ajouter quelque matière sur la tête de ton œuvre. Pour cela, rien de plus simple : tu découpes soigneusement plusieurs pièces de cheveux, et les assembles avec attention sur la tête avec des épingles jusqu'à ce que leur placement te plaise... et tu sors ton pistolet à colle. Tu te concentres pour avoir une bonne image mémorielle de ce que tu viens de décider, et tu n'as plus qu'à assembler tes cheveux, pièce par pièce, en appuyant bien une minute à chaque fois pour que tout tienne. Évite par contre de mettre de la colle trop près des bords, si tu ne veux qu'elle dépasse et te fasse un joli effet type démangeaison crânienne. ;)


Oui, la qualité des photos varie, la faute à un oubli de prises autrement que via mon téléphone

6ème étape
Où, non, attends, c'est fini en fait

Étape la plus importante, où tu n'as plus qu'à te préparer un bon verre pour célébrer la fin de la réalisation.  Normalement, tu sais faire.
Bravo, tu as réussi à aller jusqu'au bout de ce tutoriel. Je suis immensément fière de toi. Tu mériterais presque une fête et un gâteau. Maintenant, montre-moi des photos, je veux voir ce que tu as fait !

La poupée dans son habitat naturel : le bureau en désordre


Rendez-vous sur Hellocoton !

9.11.14

Viens, approche-toi, n'ai pas peur : aujourd'hui on découvre une créatrice, Zeuh ! (Concours)


Aujourd'hui, chère audience, je serais brève. Et au vu de ma façon habituelle de dérouler le fil sans trop m'attacher au nombre de caractères, tu as tout les droits d'être étonnée.

Bref, aujourd'hui, j'ai juste envie de partager avec toi le travail de Zeuh, dont certaines d'entre toi (oui, je parle toujours à l'audience) ont dû il y a un temps lire le blog avec délectation, et dont la créativité me laisse toujours ébahie. 
Déjà à l'époque, je m'extasiais devant son portfolio, entre illustrations de Psychonauts (et là, si tu ne connais pas, tu attrapes ta manette et tu vas jouer !) et poupées articulées, et mon admiration n'a, je te le dis, pas cessé de grandir. Parce que je ne sais si tu es au courant, mais depuis, Zeuh a monté son petit shop, Monster Pie, et propose notamment de très chouettes poupées/peluches, mélanges de laine feutrée et de paperclay. 



Dans la même veine, et inspirée de ses créatures aux noms délicieusement désuets, elle a créé récemment toute une série de broches que tu peux retrouver sur sa boutique etsy (et je craque complètement dessus, et il faut que je me décide sur laquelle je veux, et c'est dur). 



Et parce que décidément, c'est quelqu'un de très chouette et qu'elle mérite d'être plus connue, elle a décidé de lancer un joli concours en même temps que sa série de broches. Du coup, tu peux aller chez elle, ici, et partager son concours dans tes réseaux pour pouvoir ensuite arborer fièrement une licorne à ton plastron, Salomée de son petit nom !

(Oh, et puisqu'il y a eu de graves cas de confusions qui ont au moins dû coûter la vie à deux armoires en bois, laisse-moi une dernière fois, ô audience, te rappeler que c'est bien chez la seule et unique Zeuh que tu peux participer, et qu'à moins que tu n'en ressentes le besoin irrépressible, ce n'est pas à moi que tu dois faire allégeance. Tout est très clairement résumé dans l'article figurant sur Monster Pie.)



Rendez-vous sur Hellocoton !

27.10.14

Poulet à l'orientale mijoté à la tomate, aubergine et poivron, ou Comment utiliser son rice cooker pour autre chose que du riz !


Je ne sais pas toi, mais moi, avec les températures qui descendent, je commence à aspirer à plus de confort. J'ai envie de transformer mon appartement en vagin cocon chaud et douillet, de jeter des polaires absolument partout, et de n'avoir plus un centimètre de sol qui ne soit recouvert par une matière douce, en lieu et place de mon lino vert glacé et au bon goût fort discutable. Pareillement, avec l'arrivée de l'hiver, je recommence à avoir envie de nourriture chaude, consistante et bien préparée. 

Faut dire que je ne suis vraiment pas du genre à apprécier l'été, cette saison étrangement éprouvante où tout ce que tu peux faire et végéter en attendant que le cagnard s'arrête et que tu puisses, peut-être, sortir en plein jour sans te chopper directement une insolation. Là, je veux végéter certes, mais pas parce que j'y suis obligée (feignasse un jour...). Du coup, alors que je n'ai quasiment pas approché ma cuisine dans les derniers mois hormis pour assembler des sandwichs ou faire cuire des pizzas, je me remets depuis peu à, surprise, préparer de vrais repas composés de plus de trois ingrédients. C'est portée par cette vague d'enthousiasme que je suis tombée tout dernièrement sur une recette de Piment Oiseau que j'ai aussitôt eu envie d'adapter.
Déjà parce qu'elle me promettait une simplicité quasi exemplaire, ensuite parce qu'elle a la particularité d'être cuisinée au rice cooker, appareil indispensable chez moi pour la cuisson du riz mais que je n'avais pas encore étrenné pour d'autres mets un brin plus élaborés.

Je te propose donc aujourd'hui une petite recette simple et rapide, le poulet à l'orientale mijoté à l'aubergine, au poivron et à la tomate. Même si d'accord, tu admettras que le terme mijoté est, peut-être, un brin usurpé.





Pour le coup, les ingrédients pour deux personnes sont on ne peut plus basiques. Tu m'excuseras d'ailleurs, mais n'ayant aucun sens des proportions, je ne détaillerais pas de grammage ici :

- Deux jolis morceaux de poulet mariné z'à l'orientale, trouvable dans toute bonne boucherie halal
- Une aubergine
- Un poivron rouge
- Une tomate
- 2 oignons de taille moyenne
- Du poivre noir et vert, ainsi que du sel




Une fois ta quête pour réunir tous les ingrédients complétés, l'élaboration est très simple, comme tu peux le voir sur l'image qui bouge (sorcelleriiiiie !!!!) du dessus. 

Pas la peine de mettre de l'huile dans le rice cooker puisque la peau du poulet se chargera déjà, en cuisant, d'apporter un peu de jus. Dès lors, tu découpes ton aubergine en petits cubes, sans t'embêter à enlever la peau et la mets directement dans la cuve. Tu y ajoutes la tomate, découpée pareillement, puis le poivron émincé en lanière. Enfin, tu découpes ton oignon en deux puis en lamelles de taille moyenne, en le lavant bien avant si tu ne veux pas te retrouver comme moi à pleurer pendant les prochaines dix minutes. Une fois cela fait, il ne te reste plus qu'à séparer chacun de tes morceaux de poulet en 4/5 parties de taille à peu près équivalentes si tu y parviens, en blocs tous différents et plus arrachés que coupés si tu es comme moi. À cette étape, il ne te reste plus qu'à saler et poivrer à ta convenance, à mélanger tout ça et à y ajouter une tasse et demi d'eau, plus si tu souhaites garder assez de jus en faisant un accompagnement à côté.
20 minutes de cuisson environ, jusqu'à ce que l'auto-cuiseur décide de s'arrêter si tu as mis la bonne contenance de liquide, et ça y est, tu n'as plus qu'à déguster, en t'exclamant toutes les deux minutes !


Rendez-vous sur Hellocoton !

24.10.14

Découverte des vernis Dance Legend - Petit haul et swatches choisis


Article vernis aujourd'hui, et au propre siouplaît, parce que ça faisait longtemps. Comme tu ne le sais peut-être pas, je cache au monde une terrible maladie (oui, en plus des migraines constantes de ces temps-ci). En effet, sous mes aspects de personne raisonnée se tapit parfois un monstre. À l'affut de toutes trace de chatoyance, il se nourrit de toluène, odeurs toxiques et matières plastifiée, pourvue qu'elles aient un joli rendu une fois posées sur lui, ou même sur de pauvres objets vitrifiés sans défense
Oui, je l'avoue, je collectionne les vernis. Mais je me soigne, si si, promis. Là, ça faisait un an que je n'avais pas approché ma carte bleue d'un de ces sites enchanteurs. La tentation n'était toutefois pas loin, et j'ai rebasculé du côté obscur en découvrant les flacons ensorcelants de Dance Legend.

Dance Legend, c'est une petite marque russe dont on commence doucement à entendre parler un peu partout, et dont les premiers éclats m'ont frappé chez Mylène (tu m'excuseras, je n'ai pas réussi à te retrouver le post. Il est possible que ce soit via son instagram), il y a maintenant quelques mois. Pour ajouter encore à son attrait, la marque propose énormément de rendus différents, du multichrome à l'holographique, en passant par le scatter et les vernis thermiques. Bref, ma sélection a été dure, très dure jusqu'à ce que j'aboutisse enfin à mes 7 élus :


Laisse-moi te présenter, dans le sens des aiguilles d'une montre et en partant du multichrome aux reflets cuivrés tout en haut qu'est Big Bang, Different View, Wazowsky, Roz, Mavka, 179 (oui, 'se sont pas foulés pour celui-là par contre), et Strutter.

Si je pense que tu ne pourras que toi aussi te soumettre à leur magnificence, un point important est par contre à savoir. Le site officiel de Dance Legend a un délai de livraison In.Croy.Ya.Ble.Ment long. Un peu comme Mybeautylounge si tu connais, les délais moyens pour la réception une fois la commande passée sont situés entre les 1 et 3 mois. Si le site a mis une petite semaine pour préparer et envoyer mon colis, c'est tout particulièrement la poste russe qui a dû s'amuser avec le paquet. J'en veux pour preuve le suivi, où entre le 3 juin et le 20 juin, on m'a tout de même averti 5 fois que sisi, tout était bien parti du centre de traitement russe, avant d'y retourner allégrement, pour y repartir, pour y retourner, etc... Bref, c'est à savoir, mieux vaut ne pas être trop pressée quand tu passes par là. Il existe également d'autres sites qui proposent ces vernis, à l'instar de Llarowe ou Femme Fatale Cosmetics par exemple, mais ceux-ci ont souvent des ruptures de stock.



Comme cette belle capture d'écran n'est pas très très alléchante, passons dès à présent à la partie plus sympathique de l'article. Cele-ci risque certes d'être un peu lourde en images, mais je ne pouvais pas m'empêcher de te prendre à chaque fois et une vue d'ensemble du flacon, et une macro un peu plus détaillée, tellement je suis tombée sous le charme de nombre des textures proposées. Oh, et tant qu'à faire, je t'ai aussi ajouté une ou deux photos portées quand j'ai déjà eu le temps de poser le vernis concerné. Tu me pardonneras je l'espère pour les débordements, j'ai toujours été un brin brouillonne. 

On commence avec deux multichromes de la collection Chameleon : Wazowsky et Roz. Véritables petites merveilles de couleurs changeantes en bouteilles, Wazowsky passe du vert au bleu, en empruntant au turquoise et au doré, alors que Roz comment lui dans les verts et or pour aller visiter les roses et cuivrés. Tu t'en douteras, j'ai complètement flashé sur Wazowsky, qui a des allures de scarabée une fois posé.

 




Big Bang, quant à lui, fait partie de la série des Galaxy, et pourrait un peu être considéré comme un Chameleon (la collection de Dance Legend, pas l'animal) avec un twist. En effet, en plus d'être un multichrome tout dans les rouges, orangés, cuivrés et dorés, il est empli de micro-paillettes holographiques, qui viennent le rendre encore plus hypnotisant.



Et parce qu'on ne va jamais trop loin dans la débauche d'effet, Different View est lui un holographique multichrome, et à paillettes holographiques. Le vernis du faste en l’occurrence. Étrangement, il reste discret une fois posé, tout dans des teintes désaturées violettes, bleues et vertes presque grises.






On s'éloigne des multichromes pour aborder un vernis non moins spécial, 179. Réagissant à la chaleur, et donc à mon sens plus chouette à porter en hiver qu'en été où les variations de température sont moins fortes, il va du rouge vif que tu peux voir dans la photo de présentation au début de cet article, à un rose pâle. Si pâle d'ailleurs qu'il en deviendrait presque blanc, une fois posé, ce qui contraste d'autant plus avec les paillettes rectangulaires et hexagonales dont il est empli. 


Désolée pour la qualité de la photo, je me suis aperçu trop tard que je n'avais pris celui-ci que de nuit, et via mon téléphone en prime.

Gloire ensuite à un vernis qui m'a tapé dans l'œil dès la première visite sur le site : Strutter
À des micro-paillettes type éclats de verre qui donnent déjà dans le flacon une bonne impression de profondeur, il ajoute des petits éclats holographiques. Je n'ai pas encore eu l'occasion de l'étrenner, mais je suis déjà sûre de l'aimer. 




Last but not Least (ou que le dernier mais que non pas le moindre), Mavka
Mavka, ou mon amour de jeunesse, si j'avais été plus jeune et si j'étais tombée amoureuse d'un vernis. 
Mavka, et sa robe jelly d'un vert forêt qui prend des accents vifs à la lumière. 
Mavka, et sa  multitudes de paillettes hexagonales de toutes tailles qui viennent en sourdine accentuer ses jeux de profondeurs. 
Mavka, dont il ne faut que deux toutes petites couches pour le poser. 
Mavka enfin, dont le nom évoque les nymphes ukrainiennes ou sirènes des bois, qui y attirent les jeunes garçons pour les tuer.

Bref, Mavka, issue d'une collection créée avec la blogueuse Anna Gorelova, est comme tu ne dois absolument pas t'en douter mon coup de cœur absolu de cette commande, et le vernis le plus digne aujourd'hui de clore cet article.



Mavkaaaaaa, je crie ton nom !!!







Rendez-vous sur Hellocoton !

5.8.14

Le retour des fards Fyrinnae perdus : Swatches des teintes nudes


Parce que j'ai en horreur de faire traîner les choses, aujourd'hui, on continue une série d'articles initiée il y a plus d'un an. Si je te dis ombres à paupières en poudre libre de super qualité, avec des couleurs tour à tour mystérieuses, éclatantes ou extrêmement changeantes, et si j'ajoute en plus petite marque indépendante, avec des échantillons à pas cher et qui contiennent amplement assez de produit pour pouvoir s'amuser durant des mois ? 
Yep, on poursuit les swatches des fards de chez Fyrinnae, dont nous avions déjà vu ici les verts, les rouges et les jaunes orangés. Aujourd'hui, nous allons toutefois abandonner momentanément cette abondance de couleurs pour observer de plus près les teintes nudes que la marque propose, et qui réussissent l'exploit de me faire aimer des fards plus neutres.

Comme pour les derniers swatches et histoire de mieux saisir les nuances de ces petites beautés, vous trouverez systématiquement une image des pigments en pots, ainsi qu'une étalée sur Pixie Epoxy (ou la base magique de Fyrinnae pour faire ressortir les pigments et éviter les chutes) et base à paupière classique de chez MUA en lumière naturelle, et la même sous lumière artificielle.




Commençons notre périple avec Evocation, qui fait partie de la gamme Arcane Magic de Fyrinnae. Autant le dire de suite, si certaines des Arcanes Magic possèdent un aspect duochrome impressionnant, Evocation joue sur la subtilité, avec une base taupe foncée doucement illuminée de reflets qui peuvent changer du vert au rose. Si ceux-ci se voient assez clairement dans la photo en pot, l'ombre est nettement moins versatile une fois appliquée.

 


Passons ensuite à Sake & Sashimi. Point de duochrome ici, mais une ombre digne de Fyrinnae qui peut se suffire à elle-même, avec une base d'un brun chaud, constellée de micro-paillettes dans les dorés, orangés et verts. Parfaite pour un smoky doux.



On retourne déjà dans les Arcanes Magic avec Velveteen Werewolf, autrement plus impressionnant qu'Evocation vue plus haut. Sa base, saturée de micro-éclats qui lui assurent un aspect presque satiné, varie d'un brun sable à un brun presque rosé, tandis que les micro-paillettes vont du vert au rose.



De la gamme des Arcane Magic également vient ensuite Trickery. Plus clair encore que Velveteen Werewolf et plus doux, il change d'une base sable éclairée de vert à un rose poudré selon les angles.



Serendipity est une couleur plus fixe mais non moins intéressante. Toujours sur une base neutre, elle est elle noyée sous des reflets cuivrés et rouges. Parfaite pour rehausser un maquillage un peu triste, elle fait partie de mes coups de cœur de cette sélection avec Sake & Sashimi.




Koala quant à elle est à mes yeux la couleur neutre de base. Là encore, on retrouve la qualité habituelle des ombres Fyrinnae, avec un taupe froid un brin rosé selon la lumière, au fini satiné très simple à appliquer.




On finit ce tour des ombres nudes de Fyrinnae avec Beholder. Fonctionnant pour moi de pair avec sa prédécesseure, Beholder joue dans le même taupe froid avec une base un peu plus grisée, et des micros éclats multicolores qui viennent l'illuminer discrètement.




Et voilà pour ce round de swatches, qui grâce à ma constance n'aura mis après vérification qu'un an et quatre mois à être publié après le début de sa série en avril 2014. Y'a pas, tu peux m'admirer, je sais être régulière quand je veux. Reste donc les quelques teintes oubliées, arrivées entre temps ou dans des dominantes pas assez présentes dans mes placards pour mériter un articles à elles seules. Si tout est bon, à ce rythme, tu devrais pouvoir les voir d'ici 2015. ^^


Rendez-vous sur Hellocoton !