Pages

27.4.13

SMUF Smokey : En (violet/)rouge et noir(/doré ?) !


Bien le bonjour, en ce samedi pluvieux.

Comme tu le sais, ou non, depuis 2 semaines maintenant, Carole de Chasing Shadows a lancé la Saturday Make Up Fever. Et, si je n'ai pas participé la semaine dernière au thème lèvres rouges faute de temps et de motivation (surtout, oui..), l'exercice d'aujourd'hui me disait grandement : le smokey.

Sauf que bon, des smokeys, moi, j'en fais rarement.. du coup, rien que choisir les couleurs à utiliser me tourmentait déjà. J'ai d'ailleurs failli les tirer au sort, mais je me voyais bien tomber par malchance sur du rose ou du bleu, pourtant largement minoritaires chez moi... et puis, ce matin, en plein milieu de réveil, la révélation : violet/rouge et doré. Oui, on a les épiphanies qu'on peut.

Bref. Je me suis levée, bien décidée à m'attaquer à c'te technique, ai pesté contre mon appareil photo qui n'avait plus de batterie, l'ai mis à recharger.. et j'ai enquillé sur deux/trois heures de visionnage de séries, histoire de me motiver. Il y a donc maintenant peut-être deux heures, pasque mine de rien ça prend du temps toutes ces choses, je me suis enfin mise à la tâche, et au final, je ne suis pas trop mécontente de moi, même s'il y a encore clairement des améliorations qu'on pourrait apporter.


Après, quant à savoir si c'est un smokey ou non... techniquement, malgré la touche fort claire qu'apporte Goldilux en plein centre, j'ai suivi à la lettre les instructions. Et je t'ai même fait un mini tuto illustré, que tu peux passer si tes yeux ont déjà brûlés. Le tout reste au final relativement simple : 

Ingrédients
1 base noire, le long lasting stick eyeshadow noir de Kiko
1 touche lumière avec le highlighter center stage de Fyrinnae
1 pigment violet/rouge avec Mephisto de Fyrinnae
1 pigment doré qui illumine ta salle de bain dès que tu en ouvres le pot, avec Goldilux de Sugarpill
1 mascara extraboost d'essence, si le nom est juste

1. Poser sa touche lumière sous le sourcil et quasi toute la paupière fixe en fait, en se disant que, peut-être, l'estompage sera plus facile après.
2. Prendre sa base noire bien gentiment pour ne pas l'effrayer, et se la tartiner allégrement sur la paupière mobile et la waterline, pasque mine de rien, elle a tendance à bien résister au temps et qu'il serait dommage d'avoir un smokey qui crease au bout de vingt minutes.
3. Essayer de l'estomper au doigt. Se rendre compte qu'on l'enlève plus qu'on ne l'estompe avec cette méthode. Paniquer. Prendre un pinceau et recommencer plus soigneusement.


4. Prendre son pinceau, son pot de Mephisto, et le tremper dedans. Enlever l'excédent de poudre dans le couvercle pour ne pas se retrouver avec des chutes phénoménales, et appliquer sur toute la base noire précédemment mise, à l'exception du centre de la paupière mobile.
5. Prendre son pigment doré, et jouer avec le pot pendant deux minutes pour s'émerveiller devant les reflets. Arrêter. Prendre là encore son pinceau en l'ayant légèrement nettoyé, le tremper, enlever l'excédent de poudre et appliquer. Se rendre compte qu'on a cette fois-ci manifestement pas enlever assez d'excédent, râler contre les chutes, et estomper le doré dans le violet.
6. Répéter les deux opérations précédentes en bas.
7. Reprendre sa touche lumière, et tenter d'estomper les bords super nets. Se rendre compte qu'en fait, on aurait du bien mieux bosser tout à l'heure sur la base noire, pasque ça va être quasi impossible là.
7. Prendre son ultrasimple de lush, un coton-tige, et nettoyer les quelques traces de doré qui se retrouvent sous l’œil.
8. Ajouter du mascara et du kohl noir, et prendre une dernière photo. Râler parce que décidément, cette salle de bain sans lumière est vraiment une chienlit.


Pour une photo un peu plus nette, et avec, ô joie, même les deux yeux, ça donne ceci. Et non, je n'ai pas pu m'empêcher de loucher une fois de plus. Un jour, j'aurais un coin avec un trépied et un miroir pour pouvoir voir les angles que je prends. En attendant, c'est toujours ce qui reste le plus simple pour une vue à peu près juste.


Pour accompagner ça, un peu de rouge à lèvre violet, avec le lips2last colour de Manhattan. La couleur est belle, mais je ne recommanderais à personne de l'acheter au détour d'un rayon, même au vu de son faible prix, tant cette petite chose colle sur les lèvres. Me reste maintenant à trouver l'équivalent en ràl mat !



Rendez-vous sur Hellocoton !

23.4.13

Vers l'infini et au-delà : swatches des ombres rouges et violettes de Fyrinnae


Oui, un jour, mes titres feront peut-être sens. En attendant, pourquoi s'embêter. On continue donc aujourd'hui la vague de swatchs Fyrinnae initiée ici avec les verts. Et comme il n'y a aucune raison pour ne pas le faire, nous allons passer aux rouges et violets.
Comme toujours avec Fyrinnae, et avec tous mes fards libres d'ailleurs, tout est posé sur une base de Pixie Epoxy. L'utilisation est d'ailleurs plutôt simple une fois maîtrisée : on en pose un tout petit peu du bout de l'applicateur, pis estompage avec le doigt, attente de vingt secondes pour que le produit sèche un peu et tapotage du pigment désiré dessus. D'ailleurs, si le résultat ne te convient pas directement, tu peux aussi en remettre un petit peu par-dessus ton fard et reposer une couche de pigment, c'qui est généralement le mieux pour les fards très pailletés.


Bref, pour cette plongée dans les couleurs un peu plus chaudes quoique, commençons avec Purgatory qui, une fois n'est pas coutume, fait partie de ces fards à base noire de la marque. Sauf que là, le résultat est tellement pigmenté par-dessus que tu te retrouves avec une ombre dans les rouges sombres métalliques, qui en devient presque envoutante. Oh, avant que j'oublie, même formule que la fois précédente pour les swatches : tu retrouveras systématiquement une photo du pot, et une du pigment en lumière naturelle et en éclairage d'intérieur, histoire de t'en faire une meilleure idée !


Bonfire Spirits fait elle partie d'une série réalisée pour le dernier halloween. Sur une base toujours sombre mais cette fois rouge, la teinte oscille vers les cuivres quand elle est mise au soleil ou sous une lumière d'intérieur. Elle est par ailleurs chargée d'éclats colorés, dans les rouges, chartreuse, et jaunes.



Bite Me elle a fait partie d'une longue quête pour trouver LE pigment rouge primaire dont je t'ai déjà causé. Malheureusement, même si son nom me fait systématiquement sourire, la teinte tire un brin sur les marrons. Ce qui fait qu'au final, ce n'est vraiment pas l'ombre la plus utilisée dans ma petite collection..

Désolée pour les traces noires je suis, mieux nettoyer mon pinceau j'aurais du.

Quant à Conjuror, on retrouve avec ce pigment la série des Arcane Magic de Fyrinnae. C'est donc une ombre duochrome, qui sur un rouge sombre presque brique est remplie de paillettes bleues, la faisant alterner entre ces deux couleurs selon l'angle de vue et la luminosité.


Meerkat est une couleur assez spéciale, qui me fait par ailleurs beaucoup penser au vernis de Zoya, Faye, que je croise les doigts pour recevoir rapidement maintenant. C'est une ombre qui part vers les roses sombres presque un peu cendrés, et réhaussée de milliers d'éclats dorés. Très jolie pour se la jouer ingénue en mettant une base moins forte que la pixie en-dessous pour un résultat plus diffus, mais diablement pigmentée avec, comme tous les fyrinnae, certes.



Parental Advisory, si elle est très belle en vrai, est une couleur qui s'avère assez compliquée à prendre en photo, du moins avec mon appareil, vu qu'elle ressort toujours plus bleue qu'elle ne l'est. De fait, si je vous ai laissé l'image dans le pot telle quelle, celle swatchée a été légèrement retouchée pour coller d'un peu plus près à la couleur originelle. Comme tu peux le voir, c'est pour le coup un fard sans paillettes additionnelles mais avec plein de petits éclats violets, qui joue sur un violet extrêmement vibrant (...oui, je ne sais pas décrire une couleur. C'est d'ailleurs pour ça que les photos sont faites. Non, je ne sais pas ce que je fais ici. Y fait beau, sinon, chez toi ?)



Passons ensuite à Mystical Hedgehog, qui outre son nom qui me fait systématiquement penser à Sonic et à des protéines, fait une fois de plus partie de la série des Arcane Magic.
De fait, c'est une chouette ombre qui commence dans le violet tirant vers le rose sombre pour se transformer en un violet foncé surmonté d'un très fort reflet bleu allant presque vers le turquoise.
 
 

On passe à l'une de mes petites préférées, Mephisto. Pour le coup, c'est d'ailleurs typiquement l'ombre avec laquelle tu peux te débattre sur tes yeux vu sa prédominance forte de deux couleurs, sans pour autant être une duochrome. En fait, c'est un peu comme si, sur une base de violet foncé, tu avais mis du rouge sombre, à moins que ce soit le contraire, et rendu le tout métallique. Du coup, tu te retrouves tantôt avec l'une des couleurs, tantôt avec l'autre. Le résultat est vraiment captivant, à mes yeux tout du moins, les teintes ressortant plus ou moins selon l'éclairage et/ou l'estompage qui en est fait.


Pis on va maintenant finir avec trois ombres qui semblent quasi destinées à composer des smokeys, puisqu'elles sont toute trois composées de multitudes de paillettes posées sur une base noire. La première d'entre elle, Alchemist's Curse est d'ailleurs en plus de cela une duochrome, histoire de faciliter encore le mélange de couleurs. ^^
Du coup, elle passe d'une prédominance d'éclats colorés dans les jaunes passés presque bronze comme tu peux le r'marquer dans la dernière capture, à des éclats rougeâtres tirant vers le rose.


Puis vient Fyre & Ice. Aussi sur une base d'un noir profond, elle s'illumine avec une multitude de minuscules paillettes dans les violets et rouges, certaines allant même jusqu'au bleu.Une double dose de Pixie Epoxy peut d'ailleurs être à prévoir pour bien toutes les fixer.


Pour boucler cette page des teintes violettes et rouges de la marque, on finit avec Immortality. Qui aurait d'ailleurs pu aller dans une autre catégorie, mais me semblait tellement proche du principe de Fyre & Ice que je ne l'en voyais pas éloignée. Immortality reprend donc une fois encore le principe de la base ultra noire, pour venir cette fois être saupoudrée d'arc-en-ciel, avec des paillettes proche de l'éclat de couleur qui s'illustre cette fois dans toutes les couleurs !



Et voilà, c'en est fait de ces couleurs ! Il nous restera donc encore à voir les jaunes/oranges, les nudes, et les autres une prochaine fois. Croisons les doigts pour que le soleil se montre et que des swatchs je puisse faire, parce qu'il serait un brin dommage d'opérer sans, vu la teneur habituelle en éclats de ces pigments.


Rendez-vous sur Hellocoton !

19.4.13

Fyrinnae, la marque aux milles couleurs. Ou un peu moins. Et puis là, c'est les verts qu'on va voir.


Je t'ai déjà parlé des ombres de Fyrinnae, là, là, pis là aussi, pour ne citer que les plus importants. Je t'ai déjà dit combien, à mon sens, cette compagnie faisait les fards les plus beaux et ceux avec le plus de nuances et de profondeur. Combien aussi elle me plaisait parce qu'elle reste tutafé abordable, avec ses samples en pots immenses pour 2,25$ qui font que je ne commanderais certainement jamais de fullsize (attention par contre, fyrinnae a dû augmenter ses frais de ports suite à une montée des prix de son transporteur. Du coup, on passe suivant le poids à un prix plus important, sans faire peur toutefois. Pour te donner une idée, pour dix échantillons en pots de trois grammes, il y en a pour 7,50$).

Mais bon, quand j'en ai causé les premières fois, c'était au tout début du blog.. et mine de rien, les prises de vues n'étaient pas superbes-superbes. Je sais que ce n'est toujours pas mirifique, mais un peu moins de flou aurait déjà était bon. Et puis, les mois passant, j'ai continué à faire de petites commandes chez eux, pour accumuler encore plus, toujours plus, de pots colorés. Gotta Catch Them All, en fait. (là, votre servitrice est restée le regard dans le vide durant 2 minutes à chanter dans sa tête le générique de pokémon... irrécupérable.)


Bref, après une grande concertation - de moi-même et d'une fidèle sujette que nous ne nommerons pas par crainte de dévoiler son anonymat -, j'ai décidé de me retrousser un peu les manches, et de te faire des swatchs dignes de ce nom.

Et puisque le vert c'est la vie, la vie c'est sacré et que donc le vert, c'est mieux que de la confiture (non, je n'ai pas tout suivi aux cours de syllogismes), nous allons commencer par cette déclinaison de couleurs. Parce que oui, il va falloir t'attendre à plusieurs posts plein d'étalage de pigments.

Pour la petite précision, toutes les teintes ont été mises sur une base de Pixie Epoxy, ou la base magique de fyrinnae qui te crache des licornes et de la chatoyance à la gueule. Autant t'as des couleurs qui ne ressortent pas du tout quand tu les mets sur la peau nue, autant, dès que t'as une lichette de pixie epoxy en-dessous, la profondeur est là. De même, je ne les ai pas mises en étalant la couleur mais en tapotant, pasque vu les nombreuses paillettes que tu as parfois, c'aurait été dommage d'en perdre, et qu'elles accrochent beaucoup mieux ainsi.
Enfin, tu trouveras pour chaque couleur une photo dans son pot prise à la lumière artificielle, et une photo du swatch en extérieur et en intérieur, histoire de bien appréhender les nuances.

On commence directement avec les couleurs sombres et Boytoy. A l'instar des trois/quatre autres qui vont venir, ce sont toutes des teintes qui ont été travaillées sur une base noire, et où tu as intérêt à bien accrocher ta couleur. Elles sont pleines de paillettes si petites qu'on dirait des centaines de reflets, et qui leur donnent un rendu sombre mais coloré, ici dans les verts-bleus avec une touche de cuivre.


Pareil pour Dokkalfar, qui lui sur sa base noire déploie certes des éclats vert, mais également vieil or, pour une couleur un peu plus proche des jaunes.



Ensuite, t'as Dark Fantasy, qui inaugure ici les Arcane Magic. Cette dénomination est utilisée, chez Fyrinnae, pour désigner les fards aux changements de couleurs selon la lumière ou l'angle de vue. T'en as de plus ou moins spectaculaire, mais le changement est toujours doux et assez chouette quand tu veux faire dans l'économie de fard, et ne t'en appliquer qu'un, voir deux au plus sur la paupière.
Dark Fantasy, quant à lui, fait partie de ces ombres à faible changement, passant d'un olive sombre à un vert émeraude dont tu peux déjà voir les prémisses sur la photo prise en intérieur.



Callipygian, lui, garde juste l'émeraude, avec des éclats colorés de vert plus clair. Je n'ai pas encore essayé, mais je te parie qu'il doit assurer sur un smokey !



Pis, avec Madame & Eve's, on retourne dans les arcane magic... Ma photo par contre ne lui rend pas justice, puisque je n'ai réussi à capter bien que l'un de ses versants, un vert-turquoise plutôt étincelant sur une base de noir. Mais le pigment se révèle aussi dans les violets, comme vous pouvez le voir sur ces swatchs de Prettymaking.



 Avec Ethereal Eire, on commence à aborder les couleurs plus claires, puisqu'ici, plus de noir en sous-couche. La teinte est à mes yeux particulièrement glacée, avec une prédominance d'un vert argenté dont s'échappe des éclats bleus et dorés.


Are you My Mummy est elle l'un des mes pigments favoris dans cet article. Déjà juste à cause de son titre d'ailleurs, je t'en avais déjà rabâché les oreilles à l'époque, mais moi, quand je l'entends, je pense Christopher Eccleston, David Tennant... et je fonds. Oui, on m'a facilement avec Doctor Who. Et puis, en plus de cette référence, la teinte en elle-même est vraiment belle, passant sans cesse et à vue d'oeil du vert légèrement bleuté au violet.


Le pigment suivant, Bitey Tyrannosaur, fait également partie de mes petits préférés. Là encore, le nom aide, puisque porter du dinosaure sur mes paupière, forcément, je suis enchantée. Mais à ce nom déjà chouette, Fyrinnae a associé une couleur qui l'est encore plus : un vert gazon presque pomme, éminemment vibrant, que vienne juste souligner quelques reflets dorés, presque orangé. Un plaisir.


Je serais un peu moins enthousiaste sur Omgwtf. Si sa teinte chartreuse est très réussie, je la trouve un brin terne par rapport à toutes les autres, et ai un peu de mal à la voir en couleur-phare. Bref, un jugement très subjectif. ^^


On passe à l'avant-dernier pigment avec Tyr, qui se distingue lui aussi par ses tons chartreuse, mais à nouveau présents sur une base noire. Il a d'ailleurs de nouveau ce côté éclats de verre colorés qu'on retrouve dans pas mal de pigments du même type de la marque, avec des touches principalement dans les verts et dorés. J'aurais d'ailleurs dû penser à vous faire également pour celui-ci un swatch sans base en-dessous, puisque la teinte prend alors une couleur plus douce, un peu à l'image de celle dans le pot.

Enfin, on termine ce tour des pigments verts de chez Fyrinnae avec Dressed to Kill. Là encore présent sur une base noire, ce petit bijou a pour lui une teinte très présente, qui se fond dans le vert et le doré, pour apparaître tantôt sage, tantôt électrisant selon l'éclairage qui en est fait.



Et maintenant, la question dont dépendra l'avenir de futurs articles : celui-ci était-il trop long, à votre goût, ou aurait-il mérité de l'être plus ? C'est que j'ai encore une trentaine de couleurs à vous montrer, alors mieux vaut me dire si la chose est de par trop lassante. ;)

Rendez-vous sur Hellocoton !